Les oiseaux rares d’Hugo Paviot

À Vitry-sur-Seine, Sihem, jeune franco-algérienne de 23 ans, fait sa rentrée en première au microlycée, un établissement pour élèves décrocheurs. Elle loge à la résidence autonomie Auguste Blanqui, où elle fait la connaissance d’Emile, dit Zapata, un vieux révolutionnaire de 82 ans. Sihem ne croit pas en une société qui, pense-t-elle, ne lui offre pas d’avenir. Zapata cherche un sens à sa vie qui s’achève.

Hélène, la professeure de français de Sihem, et Rose, la directrice de la résidence, sont les témoins complices de l’amitié naissante entre ces deux écorchés. À l’aube et au crépuscule de leur chemin, ils prendront ensemble leur envol.

Sur l’autre rive de la Méditerranée, en Algérie, Achir rêve lui aussi de changement et de liberté….

Je remercie Babelio pour l’envoi de ce roman. Le roman m’intriguait beaucoup, le résumé également alors je suis ravie de l’avoir trouvé dans ma boite aux lettres le mois dernier! J’ai vraiment été contente d’avoir pu lire ce roman! J’ai passé un excellent moment, bien que j’ai eu parfois un peu de mal, je vous expliquerais pourquoi ensuite, mais j’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire que j’ai trouvé vraiment très touchante!

Commençons par le point « négatif » qui n’en ai pas vraiment un au final. J’ai juste eu un peu de mal par moment avec le style de l’auteur, son écriture. J’avais surtout du mal avec le fait qu’il n’y a aucun dialogue. Ça m’a quelque peu déroutée au début bien que j’ai fini par m’y faire au fil de ma lecture, à force ça ne m’a plus dérangé. Mais je vous avoue qu’au début ça m’a vraiment perturbé. J’avais l’impression de ne pas avancer, de lire des gros blocs à chaque page. Mais comme je vous le dis juste au dessus, à force d’avancer dans ma lecture ce point a fini par ne plus me déranger.

Les oiseaux rares est un roman extrêmement touchant. On va suivre Sihem, jeune femme de 23 ans en décrochage scolaire total qui va reprendre ses études dans un micro lycée, Emile, un vieux grincheux qui va se prendre d’affection pour la jeune Sihem, Achir, jeune algérien mais aussi Héléne, professeur dévoué à son métier et Rose, directrice du foyer où Sihem et Emile réside. Tous ces personnages ont leur histoire et tous ces personnages m’ont touché à leur manière. J’ai eu un énorme cour de coeur pour Emile, alias Zapata et Sihem. Cette amitié entre les deux était si belle et touchante qu’il est dur de ne pas les apprécier. Ils se sont parfaitement bien trouvés.

J’ai vraiment été touchée en plein cœur avec cette lecture. Et surtout à la fin, évidemment je ne vous raconte pas pourquoi sinon ça serait du spoil, mais j’ai même versé une petite larme ne finissant le roman. Je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de roman. Mais ce fut vraiment une belle découverte et je ne regrette pas d’avoir pu le découvrir!

Pour un premier roman l’auteur nous offre un roman plein d’espoir, avec des personnages qui ne voit que le bien chez l’autre, à faire des actions pour rendre le monde plus beau qu’il ne l’est, qui soutiennent les autres. Il est clairement impossible de rester insensible aux différents personnages qu’il nous propose. Des personnages qui s’illuminent au fil des pages et au final on se rend compte que chaque personnage est un véritable oiseau rare.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s