La mémoire de l’art de Cyrille Thiers

1870, 1914, 1939. Ces trois conflits franco-allemands ont détruit des millions de vies, mais ils ont également affecté de façon dramatique le patrimoine artistique de nombreux pays. Bombardements aveugles, pillages, destructions organisées, spoliations… Grâce au dévouement d’hommes et femmes hors du commun, nombre d’œuvres inestimables ont miraculeusement traversé ces périodes, tandis que d’autres étaient perdues à jamais. Pourtant, certains tableaux que l’on croyait disparus resurgissent de temps à autre…

Max, un galeriste parisien, torturé par la terrible histoire de sa famille, va se retrouver embarqué malgré lui dans une quête dont les révélations risquent fort d’ébranler le milieu si conservateur de l’art et des grands musées. Entraîné par la pétillante Louise, il devra partir à la poursuite de sa propre mémoire, avant d’espérer localiser ces si mystérieuses toiles qui feront jaillir bien plus de questions que de réponses.

Lorsque l’auteur m’a proposé de m’envoyer son roman, j’ai de suite accepté. Je n’y connais absolument rien en art mais ma curiosité a été piqué au vif après avoir lu le résumé. J’avais très envie de le découvrir et me plonger dedans. Je remercie encore une fois l’auteur pour la confiance qu’il m’a accordé en m’envoyant un exemplaire de son roman. Et je dois vous dire que j’ai adoré cette lecture! Je ne m’attendais pas à vivre une si belle aventure avec pour thème l’art. J’ai adoré cette lecture que j’ai dévoré en un rien de temps! J’ai vraiment pris un énorme plaisir à découvrir cet auteur et son roman. Je ressors complètement conquise et impatiente pour la suite!

J’ai découvert la plume de l’auteur avec ce roman et je dois avouer que j’ai vraiment beaucoup aimé! C’est le genre de plume qui regroupe tout ce que j’aime lorsque je lis un roman. Les chapitres ne sont pas trop longs, c’est super fluide. Sincèrement je n’ai pas vu les pages défiler tant c’était fluide. C’était hyper agréable à lire et c’est également très addictif! On a envie à chaque fin de chapitre d’en lire encore un et encore et encore jusqu’à arriver à la dernière page. C’est le genre de roman très difficile à lâcher. Pour ma part, lorsque je devais arrêter de lire, je ne vous cache pas que c’était vraiment compliqué de le poser. C’est un roman qui vous tiendra en haleine du début à la fin sans vous ennuyer une seule seconde.

On va suivre le personnage de Max, un jeune galeriste parisien torturé par son histoire familiale. Il va se retrouvé embarqué, et ce bien malgré lui, dans une quête dont la finalité risque de faire basculé le milieu de l’art et des grands musées… Durant trois conflits franco-allemands (en 1870, 1914 et 1939), le patrimoine artistique du pays a été fortement affecté. En effet, de très nombreuses oeuvres inestimables ont fini par être retrouvé et remis à qui de droit mais malheureusement de nombreuses oeuvres ont fini par être perdues à tout jamais… Entrainé par la pétillante Louise, Max va donc devoir partir à la poursuite de sa propre mémoire pour espérer localiser les mystérieuses toiles qui risquent de tout remettre en questions..

Je suis une vraie novice en art, vraiment je n’y connais absolument rien! Bon a part 2/3 bases tout de même mais je suis vraiment totalement une inconnue dans ce milieu. J’avais un peu peur d’être perdue durant ma lecture, n’y connaissant rien de rien. Mais finalement pas besoin de connaitre tout sur l’art pour apprécier ce roman, loin de là même. J’ai appris tout un tas de choses durant ma lecture et j’ai trouvé ça absolument génial. C’est ce que j’aime le plus lorsque je lis des romans, apprendre des tas de choses tout en passant un excellent moment. Et c’est le cas avec ce roman. Tourner la dernière page et refermer le livre tout en ayant acquis un bon nombre de connaissances tout en passant un agréable moment à travers la lecture, il n’y a pas meilleur sentiment que celui ci. Surtout lorsqu’il s’agit d’un sujet inconnu pour vous. Je ressors vraiment de cette lecture avec plein de petites connaissances en plus pour ma culture personnelle et rien que pour ça je vous le conseille!

J’ai adoré l’intrigue de ce roman. On part dans une véritable aventure à la quête des toiles perdues suite aux pillages des allemands. Une véritable enquête nous attend au fil des pages. J’ai beaucoup aimé les différents petits croquis de tableaux au fil des pages. Je trouve que ça rend la lecture encore plus immersive qu’elle ne l’est déjà. Le fait de se retrouver pas mal de fois en plein musée du Louvre, j’ai vraiment adoré ça. Comme je le dis plus haut, durant cette intrigue, on ne s’ennuie absolument pas, pas une seule fois j’ai trouvé « le temps » long. On tourne les pages à toute vitesse et avec avidité. On a envie de savoir ce qu’il va se passer, ce que l’on va découvrir etc. Bien que j’ai trouvé le début assez déroutant, cette impression est très vite partie. En effet, Max semble avoir complètement perdue la mémoire et se retrouve avec Louise, sa petite amie qu’il ne connait absolument pas. C’était déroutant dans le sens où je me demandais où tout ça allait nous amener. Et finalement j’ai très vite compris et cette sensation est très vite partie.

J’ai adoré les différents personnages. J’ai beaucoup aimé celui de Max. Je l’ai trouvé si attachant. J’ai bien aimé son histoire familiale, enfin bien aimé c’est une façon de parler vu l’horreur de sa situation! Mais je trouve que dû à cette histoire, on s’attache beaucoup plus à lui. Et je dois avouer que son histoire m’a vraiment fait beaucoup de peine. Surtout la relation qu’il a avec sa mère, ça m’a vraiment fait un pincement au coeur. Concernant Louise, j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à la cerner au début. J’ai très vite sentie qu’elle cachait quelque chose, je ne la sentais vraiment pas et je ne savais vraiment pas quoi penser d’elle. J’étais vraiment perdue face à elle. Finalement au fil des pages, on apprend à la cerner un peu plus. Et j’ai fini par m’attacher à elle. J’ai beaucoup aimé son personnage également. Le couple qu’ils forment avec Max est très beau même si leurs débuts peut déconcerter. Ce que j’ai beaucoup aimé avec eux également c’est leur passion pour l’art. Ce sont deux vrais passionnés et je trouve que c’est parfaitement bien retranscrit dans le roman. J’ai eu l’impression qu’ils me transmettaient leur passion à travers les mots et j’ai énormément aimé ça!

La fin nous donne envie d’avoir la suite tout de suite sous les mains. J’ai vraiment adoré ce premier livre. J’ai appris tout un tas de choses sur un sujet qui m’était totalement inconnu jusqu’ici. L’intrigue est vraiment hyper prenante, on veut savoir le fameux dénouement de cette histoire et on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les pages défilent à toute vitesse et on arrive bien vite à la fin. C’est le genre de roman qu’on a du mal à le lâcher et qu’on dévore en un rien de temps. La plume de l’auteur y est pour beaucoup, c’est super fluide et surtout très addictive. Je ne regrette pas d’avoir accepté de lire ce roman. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Max et Louise. Je suis très impatiente de découvrir la suite de leurs aventures!


Une réflexion sur “La mémoire de l’art de Cyrille Thiers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s