Fukuneko, Les chats du bonheur de Mari Matsuzawa

Dans la ville de Fukuneko, les chats sont loin d’être des félins ordinaires. En effet, si vous êtes chanceux, l’un d’eux vous choisira peut-être pour vous rendre heureux ! Dénommés les “fukuneko”, ces serviteurs du dieu des chats ont le pouvoir d’apporter le bonheur à l’humain de leur choix.

C’est ainsi que la jeune Ako, fraîchement débarquée à la campagne, se voit adoptée par Fuku, la chatte de sa défunte arrière-grand-mère. À ses yeux seulement, l’animal a l’apparence d’une fillette aux oreilles de félin…

Laissez-vous envoûter par les chats du bonheur et leur magie !

Je suis une fana des chats. Depuis que je suis née, j’ai toujours vécu avec au minimum un chat avec moi. Clairement, je ne pourrais vraiment pas vivre sans un chat à mes côtés. Ils sont beaucoup trop important pour moi et c’est devenu un besoin vital. Alors bon, je dois avouer qu’un manga aussi mignon avec des chats, perso je signe direct! J’aime beaucoup les titres de chez Nobi Nobi, généralement ce sont de vraies valeurs sûres pour moi. C’est souvent des lectures mignonnes qui font énormément de bien à lire. Le genre de lectures confort, sans aucune prise de tête. Et c’est vraiment des lectures qui font du bien à lire de temps en temps.

On va se retrouver dans la ville de Fukuneko, là où les chats sont très loin d’être des félins comme les autres. En effet, si vous êtes un chanceux, l’un d’eux vous choisira pour vous rendre heureux. On les appelle les Fukuneko, ce sont des serviteurs du dieu des chats et ils ont le pouvoir d’apporter le bonheur à l’humain de leur choix. Ako, qui vient d’emménager dans cette campagne. Elle n’est pas la plus heureuse de se retrouver dans cette ville. Sauf que tout change quand elle découvre la chatte de sa défunte arrières grand mère. Alors que tout le monde la voit comme un simple chat, Ako elle la voit avec une apparence de petite fille avec des oreilles de chats…

Alors déjà je tiens à dire que je meurs devant tant de mignonnitude! Vraiment, j’avais le coeur en guimauve pendant toute ma lecture. C’est vraiment une histoire beaucoup trop adorable. Il n’y a qu’a regarder comment sont les petits fuku, on craque devant leurs petites bouilles absolument trop mignonne. Je ne suis pas quelqu’un qui aime tout ce qui est niais etc. D’habitude ça me repousse plus qu’autre chose. Mais alors là, je revois mes principes et je fonds complètement. Bon après ce n’est pas une romance qui dégouline d’amour et compagnie, je pense que c’est pour ça que je craque totalement.

J’aime beaucoup découvrir cet univers avec les fukuneko. Je ne sais pas si ce folklore existe vraiment au Japon, il faudrait que je me renseigne. En tout cas, c’est quelque chose qui m’a vraiment plu, j’ai trouvé ça tellement intéressant. Ce mythe des chats qui offrent du bonheur à l’humain de leur choix c’est vraiment fascinant! La relation que le fuku a avec son humain c’est vraiment quelque chose de beaucoup trop mignon. Clairement j’en veux un dans ma vie maintenant c’est malin haha!

Ce premier tome m’a vraiment conquise de part son histoire adorable et des émotions qu’il retransmet. C’est clairement un énorme coup de coeur et j’ai hâte de découvrir les trois autres tomes. Bon pour la quatrième il va falloir attendre encore un pue mais j’ai les deux suivants dans ma PAL et je ne pense pas qu’ils feront long feu dedans. J’espère que l’on pourra découvrir d’autre Fuko dans cette ville! Ils sont si mignons qu’on voudrait en avoir un dans notre vie!

J’avais eu un énorme coup de coeur pour le premier tome. Cette histoire je l’ai trouvé mais tellement mignonne et adorable que ça a remplit mon petit coeur de joie. Vraiment c’est tellement chou cette histoire, c’est beaucoup beaucoup trop mignons. Cette histoire avec les fukunekos c’est adorable, terriblement mignon. Clairement, j’aimerais être dans ce manga et côtoyer des fukunekos. Ils sont clairement une source de bonheur à l’état pur!

Dans ce second tome, on retrouve Ako dans son quotidien avec Fuku, son chat porte bonheur. On retrouve également Chika l’ami de Ako et son fukuneko Kosuke. Les deux jeunes filles vont bientôt faire la connaissance d’autres fukunekos. Il y a le chef Haku ou encore la candide Azuki. D’ailleurs cette dernière a besoin de l’aide des deux humaines pour se rapprocher du beau chat blanc.

Plus on rencontre de fukunekos plus mon coeur devient de la guimauve. Non mais est ce qu’on en parle de cette mignonnitude incarnée? Ils sont adorables, beaucoup trop mignon et en plus de ça ils font tout pour que leur maître soit heureux. Ce sont de véritable sources de bonheur pour leur propriétaire et pour nous lecteurs également, on ne va pas se mentir. Dans ce second tome on continue de découvrir un tas de fukunekos. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y en a vraiment pas mal. La relation entre Ako et Fuku continue de se développer et bien que Fuku appelle toujours Ako par le nom de sa grand mère, ici quelque chose va finir par changer et c’est encore plus attendrissant.

Ce manga vise un public bien jeune mais ça n’empêche qu’il n’y a pas que les enfants qui peuvent le lire. Si vous aimez les histoires attendrissantes et terriblement mignonnes, ce manga est clairement fait pour vous. C’est le genre de lecture qui nous détend clairement. On découvre un peu plus le monde des fukunekos, notamment leur hiérarchie et leur société. J’ai hâte de découvrir le troisième opus et voir ce qu’il nous réserve. Surtout après cette fin terriblement mignonne. C’est vraiment le genre de lecture qui fait du bien après une journée difficile, ça nous redonne le sourire et ça met du baume au coeur.

Et c’est sans surprise que ce troisième tome est également un gros coup de coeur. C’est le genre d’histoire dont j’ai typiquement besoin en ce moment. C’est terriblement mignon et ça fait du bien. C’est clairement le genre de manga qui fait chaud au coeur quand on le lit. Pour moi c’est un manga doudou, j’ai des séries comme celle ci que j’aime énormément et qui sont réconfortant. Très souvent ce sont des titres de chez Nobi-Nobi. Je pense notamment à Iruma à l’école des démons ou encore Mochi et compagnie. Je suis clairement la cible parfaite pour les titres de chez Nobi-Nobi. C’est fou mais à chaque fois que je découvre un nouveau titre de chez eux, je trouve ça toujours hyper mignon, hyper réconfortant, de vrais mangas doudou comme je les appelle.

Dans ce troisième et avant dernier tome, on ne cesse de découvrir encore plus le monde des fukunekos. Les fukunekos s’attachent aux humains à qui il leur manque quelque chose. Si Ako a Fuku c’est surement dû à l’absence de ses parents. Mais dans ce cas là, son petit frère devrait lui aussi avoir son propre fukuneko puisqu’il lui manque ses parents également. Ako va en apprendre bien plus sur sa mère grâce à son oncle Ichi. Quant à notre petite bande de fukuneko, elle continue de s’agrandit avec l’arrivée de Charlotte, une petite fukuneko assez capricieuse et très sensible qui redoute le départ de sa maîtresse à l’étranger puisque ces adorables créatures ne peuvent s’éloigner de la ville de Fukuneko…

On continue de découvrir le monde des fukunekos petit à petit. La « bande » est de plus en plus grande avec l’arrivée de Charlotte. Je la trouve vraiment très différente des autres fukunekos. Elle a un petit côté capricieuse mais au fond elle est très peiné par le départ de sa maîtresse. Derrière ses airs de petites princesses, c’est une fukuneko terriblement attachante que l’on découvre. On en découvre plus sur Ichi également, l’oncle de Ako. Et c’est, je trouve, agréable d’en apprendre plus sur lui. On découvre son passé et j’avoue qu’il n’est pas forcément celui qu’on croyait. Dans le bon sens évidemment. La fin était assez forte en émotions et je ne vais pas vous cacher que oui, j’ai versé ma petite larmichette. Mais en même temps que voulez vous, c’est tellement mignon et adorable qu’on ne peut qu’être touché par ça. Et puis cette petite touche de folklore japonais est hyper intéressante.

Même si c’est un manga que l’on pourrait qualifier d’enfantin au premier abord, je le trouve tout de même bien plus profond que ça. Alors oui, il est parfaitement adapté pour les enfants mais ce que je veux dire c’est qu’il y a des choses plus profondes dans le fond que les enfants ne comprendront peut être pas forcément. C’est mignon, terriblement mignon et on ne peut être insensible face à ces petits chats absolument adorable. C’est un véritable coup de coeur et c’est bien dommage qu’il n’est seulement que quatre tomes. Un manga mignon, réconfortant, qui fait chaud au coeur et qui nous fait littéralement fondre


Une réflexion sur “Fukuneko, Les chats du bonheur de Mari Matsuzawa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s