L’écorchée de Donato Carrisi

Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. Incapable d’éprouver la moindre émotion et portant dans sa chair la marque des ténèbres, Mila excelle dans la recherche de ceux qui, un jour, se sont évanouis dans la nature. Elle seule ne peut oublier ces « victimes potentielles d’homicides ». Soudain, l’un d’eux réapparaît… et tue. Un à un, ceux dont les portraits ornent les murs des Limbes, reviennent, transformés en assassins. Epaulée par l’agent spécial Simon Berish, expert en interrogatoires et féru d’anthropologie, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une « hypothèse du mal ».

Je n’avais lu qu’un seul roman de cet auteur, Le chuchoteur et je peux désormais dire, ayant lu un second roman, que cet auteur fait partie de mes auteurs préférées. Oui déjà et seulement après avoir lu deux de ses romans. Peut être certains diront que ce n’est pas possible de dire d’une auteur qu’il fait parti de ses favoris en ayant seulement lu deux de ses romans et pourtant c’est mon cas. Je ne suis une grande fan de thriller mais bon je n’en lis pas assez à mon goût. Mais Donato Carrisi a vraiment ce truc en plus dans sa façon d’écrire. Pour moi c’est vraiment le maître incontesté du thriller. Si vous n’avez jamais lu un de ses romans, je ne peux que vous les conseiller. Ils sont tout bonnement géniaux. J’en ai encore un tas dans ma PAL et si vous saviez à quel point j’ai hâte de les dévorer un par un! Je sens que je suis loin d’avoir fini d’être surprise par cet auteur et j’ai très très hâte de découvrir toutes ses autres histoires.

Dans ce tome là, on se retrouve à la suite du Chuchoteur. Sept ans après pour être précise. On retrouve l’agent Mila Vasquez qui travaille désormais aux Limbes, le département des personnes disparues. Elle qui est incapable d’éprouver la moindre émotion et portant dans sa chair la marque des ténèbres, elle excelle dans son travail à la recherche des personnes qui ce sont évanouis dans la nature. Sauf qu’un jour, une de ces victimes potentielles d’homicides réapparait et tue.. Un à un, les portraits qui ornent les murs des Limbes disparus pendant des années, reviennent de la pire des façons: en assassin. Mila va être épaulée par l’agent spécial Simon Berish, expert en interrogatoires et un vrai féru d’anthropologie. A eux deux, ils vont devoir échafauder une hypothèse convaincante. Une hypothèse du mal.

Je suis littéralement sous le charme de la plume de l’auteur. Il a cette manière d’écrire, cette façon de nous faire tourner en bourrique tout le long du roman. Pas une seule fois on a un indice ou un soupçon sur comment va se dérouler le dénouement et qui est le coupable. C’est un maître en terme de plot twist. J’ai rarement lu des thrillers aussi bien écrit que ceux de Donato Carrisi. Mais vraiment. Tu as beau te creuser les méninges, d’analyser chaque personnage, chaque réaction, chaque parole, pour moi c’est quasiment impossible de véritablement trouvé le coupable. Et c’est ça que j’aime par dessus tout avec ses romans. Déjà lorsque je lis un thriller de base, je ne trouve jamais parce que je suis un véritable quiche en terme d’enquêtes, mais avec lui c’est encore pire. J’ai beau me creuser les méninges et même maintenant après avoir lu le roman, je me dis qu’il était impossible de trouver l’identité de la personne. Tout est parfaitement ficelé, chaque détail à son importance et le pire? On en redemande encore et encore. Je pourrais lire vingt roman de cet auteur, je crois que je pourrais encore être surprise tant il excelle dans sa discipline.

J’ai adoré retrouvé Mila. Le chuchoteur avait été un énorme coup de coeur et j’avais surtout beaucoup aimé le personnage de Mila. Alors la retrouver ici fut un vrai bonheur! C’est un personnage hyper intéressant à suivre mais si complexe à comprendre. Mila c’est une jeune femme très attachante, elle m’a fait beaucoup de peine, elle souffre tellement au fond d’elle, on a envie de l’aider. Vraiment elle m’a brisé le coeur plus d’une fois dans ce roman. J’ai encore plus apprécié le personnage de Simon Berish. Au sein du département c’est un véritable paria, à cause d’un vieux scandale il est littéralement rejeté de tout le monde. J’ai adoré son caractère, tout le monde le méprise et pourtant il est encore là, à faire son métier. J’admire son courage de faire face à tout ça comme il le fait. J’aime beaucoup aussi le duo qu’il va former avec Mila, pour moi c’est un duo qui fonctionne parfaitement bien et je trouve même qu’ils se complètent à la perfection. Plus d’une fois j’ai cru que leur relation allait s’approfondir un peu plus d’ailleurs. J’espère que dans les prochains tomes on aura l’occasion de revoir Simon Berish, j’ai vraiment beaucoup aimé son personnage.

L’intrigue était vraiment incroyable à lire. J’ai adoré le fait que les victimes disparues depuis bon nombre d’années finissent par « revenir à la vie » comme ça. Voir le cheminement de l’enquête ça m’a vraiment passionné. Comme je l’ai déjà dit un peu plus haut, l’intrigue est tellement bien ficelée, tout à son importance. On devient complètement parano, on suspecte tout le monde, on élabore un milliard de théories dans notre tête. C’est vraiment le genre d’intrigue qui nous fait tourner en bourrique, quand on pense avoir trouvé le détail qui change tout, qu’on pense enfin tenir le coupable, on se prend un retournement de situation en pleine face et tout ce qu’on a pu imaginer jusque là est remis en cause. Cet auteur est un vrai génie, ce roman est incroyable. Une vraie masterclass pour moi. C’est typiquement le genre de roman que j’aime lire, quand on est impliqué comme ça dans notre lecture, comme si c’était nous l’enquêteur. Ce sont les meilleures lectures celles là.

Encore une fois Donato Carrisi a réussi à m’impressionner. Je suis restée littéralement bouche bée en refermant ce roman. Avec une fin pareille, la suite s’annonce tout simplement incroyable. J’ai tellement hâte de le dévorer tout comme j’ai dévoré L’écorchée. C’est brillant, c’est un chef d’oeuvre. Donato Carrisi est pour moi le maître du thriller, il manie ça comme personne. On a des plot twist littéralement venu d’ailleurs. Tout est cohérent, tout est lié, tout à une signification. C’est vraiment un roman écrit avec brio. Un vrai coup de coeur et il me tarde vraiment de pouvoir découvrir ses autres romans. Je sens que je ne suis pas au bout de mes surprises!


Une réflexion sur “L’écorchée de Donato Carrisi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s