Les contes interdits : Le petit chaperon rouge de Sonia Alain

Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

Les contes interdits est une saga que j’ai repéré depuis plusieurs années. Je trouve le principe tellement génial! Reprendre les contes de notre enfance et les réécrire en version horrifique je trouve ça vraiment génial. Je sais que cette série de romans ne fait pas l’unanimité auprès du public mais il faut bien savoir avant de découvrir les contes interdits que c’est pour un public averti. On a beaucoup de scènes violentes, parfois très choquantes, des scènes de torture ou des scènes sexuelles qui sont parfois vraiment difficile à lire. C’est vraiment quelque chose à prendre en compte lorsque vous vous plongez dedans.

Dans ce roman, on va suivre le personnage d’Angelika. On la voit à plusieurs étape de sa vie, lorsqu’elle est enfant, puis adolescente et enfin jeune adulte. Lorsqu’elle était enfant, elle a vécu un traumatisme si terrible qu’une fois adulte, elle a juré de se venger des hommes qui ont ruiné sa vie. Ces hommes qui n’ont aucune limite dans la perversité, qui ont des moeurs plus que vicieuses qui sème l’horreur sur leur passage.

Tout comme dans les autres romans de cette série, cette réécriture de conte reprend les éléments phares su conte de notre enfance. On a la fameuse cape rouge qui définit si bien le petit chaperon rouge. On a également la fameuse grand mère ou encore le loup. Mais ne cherchait pas plus loin d’autres éléments, ça s’arrête là. Cependant, comme ça reprend les trois choses principales, pour le coup on peut dire que c’est réussi. Ici ce n’est pas une histoire où le loup mange la grand-mère etc. C’est vraiment une réécriture la plus totale!

Concernant la plume de l’auteure, il faut bien avouer qu’elle est vraiment très fluide. Le roman est vraiment court, il ne fait que 200 pages. Autrement dit c’est une lecture extrêmement rapide! C’est fluide et très addictif! On a envie de savoir ce qu’il va se passer au fur et à mesure que l’on avance. On a des rebondissements, des retournement de situations, beaucoup de violence également. Vraiment beaucoup de violence. Moi personnellement ça ne me dérange pas d’avoir autant de scènes de sexe, de violence, de torture et j’en passe. Il m’en faut vraiment beaucoup pour être choquée. Alors je ne cautionne absolument pas les actes qui sont fait dans ce roman. Juste ça ne me dérange pas de lire des horreurs pareilles, ça m’a tout de même foutu des sueurs froides par moment tant ça peut être affreux.

Ce que j’aime également dans ce conte interdit c’est la façon dont toute cette histoire est amenée. Je trouve la construction du roman vraiment très intéressant. On nous livre les éléments au fur et à mesure. Les pièces du puzzle se mettent en place doucement. Plus on avance dans l’histoire et plus on découvre avec horreur toutes les atrocités de cette organisation mystérieuse. On découvre un tableau bien noir, plein de sadisme, si vicieux et plein de perversité..

J’ai beaucoup aimé les personnages. On a Angelika qui ne jure que par la vengeance. Je la comprends complètement. Attention hein je ne suis pas en train de dire que j’aimerais tuer des gens hein! Mais quand on voit l’horreur qu’a subi sa mère et sa grand-mère en plus d’elle, je ne peux que comprendre son désir de vengeance. Mais entre le vouloir et le faire, il y a un monde entre les deux! Je l’ai trouvé tout de même courageuse de mené son plan à exécution.. J’ai bien aimé également le personnage du flic infiltré. Les autres personnages je les ai détesté du plus profond de mon coeur. Ils m’ont même donné des envies de meurtres et de voir ce qu’ils ont finit par subir, ça m’a presque fait plaisir (dit comme ça on dirait une vraie sociopathe mais promis ce n’est pas le cas!).

Cette réécriture est vraiment très sympa à lire. Alors comme je le dis plus haut, il s’agit d’un roman pour public averti, donc à ne ps mettre entre les mains de tout le monde. Et même si ça ne vous dérange pas, il faut savoir que certaines scènes sont vraiment très difficiles à lire, à la limite du soutenable même. Une lecture qui ne nous laisse pas indifférent, qui nous marque par sa cruauté. Pour moi c’est un très bon conte interdit!


Une réflexion sur “Les contes interdits : Le petit chaperon rouge de Sonia Alain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s